Marteze e anavezit lod e-touez an dud niverus a fell dezho mestroniañ brezhoneg da-vat e-sell da vont war-zu micherioù liesseurt ar c’helenn? Hag gwir eo e vez enfredet tud nevez bep bloaz gant kement hentenn divyezhek a zo e Breizh. 
Gant ar greizenn stummañ Kelenn e vez aozet bep bloaz ur stummadur hag a zo graet evito : "Mestroniañ brezhoneg evit mont war-zu micherioù ar c’helenn."

Enseignement du breton. Les aides reconduites.

 

15/01/15 - Le Télégramme

Lena LouarnLe dispositif Skoazell mis en place en 2009 par la Région pour encourager les vocations d'enseignants bilingues français-breton est reconduit. Il a déjà permis à 219 étudiants d'obtenir une aide conséquente pour financer leurs études.

Alors que chaque année arrivent de nouvelles demandes d'ouvertures de classe bilingues ou d'écoles Diwan, le manque d'enseignants bilingues reste, lui ,cruellement patent. Afin de pallier ce manque de vocations, le conseil régional de Bretagne a lancé le dispositif Skoazell en 2009.

Augmenter ses chances d'être reçu

En cinq ans, 219 étudiants en ont déjà bénéficié. En contrepartie, ils s'engagent à enseigner durant cinq ans dans une classe bilingue. Délivrés des préoccupations financières, les étudiants augmentent ainsi leurs chances d'obtenir leur concours. Mardi, Lena Louarn, vice-présidente en charge de la politique linguistique à la Région, était à Kelenn, le centre de formation pour les écoles Diwan basé à Quimper, pour recueillir les observations des futurs enseignants du 1e r degré. L'une des treize étudiants en Master 1, Lena Gloanec, 28 ans, a ainsi reconnu que « cette aide [lui]avait enlevé une sacrée épine du pied ». L'emploi du temps à Kelenn est très chargé. Rien à voir avec la fac. « C'est très important d'assister aux cours. Même si l'on maîtrise bien le breton, il y a un vocabulaire spécifique à apprendre ». Cette aide financière lui a permis de se consacrer entièrement à ses études et de payer son loyer sans avoir à se soucier de trouver un job.

4.500 € la première année

En 2015-2016, l'aide sera reconduite. Elle sera de 4.500 € en première année et de 2.250 € en deuxième année, les étudiants percevant une rémunération en tant que stagiaires. Les candidats passent devant un jury qui juge de leurs motivations. Ils doivent être inscrits en Master 1 ou 2 dans l'un des trois centres de formation : Kelenn, pour la filière immersive, l'Ifsec à Brest, pour la filière bilingue privée et l'Espe de Saint-Brieuc. En 2013, sur les 33 candidats à se présenter au concours du premier degré, 29 ont été reçus. Pour le deuxième degré, il faut être inscrit à l'Espe de Bretagne, soit à Rennes, soit à Brest. Les personnes qui ne disposent pas du niveau de breton suffisant peuvent suivre une formation en accéléré ou s'inscrire à celle de neuf mois proposée par Kelenn pour tous ceux qui se destinent à enseigner en breton. Pour plus d'informations Portes ouvertes à Kelenn le 21 mars à partir de 14 h 30, 3, rue de Vendée à Quimper, tél. 02.98.95.55.99. www.kelenn.fr www.bretagne.fr

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/bretagne/enseignement-du-breton-les-aides-reconduites-15-01-2015-10492155.php?redirect=true

Nombreux sont ceux qui veulent acquérir de solides compétences pour bien maitriser la langue bretonne pour pouvoir s’orienter vers les métiers de l’enseignement. Ces métiers recrutent chaque année dans les différents systèmes d’enseignement bilingue. Kelenn propose une formation unique, efficace et concrète, ouverte aux débutants complets : « Maîtriser le Breton comme langue des métiers de l’enseignement »

TOP